Atangla Index du Forum

Atangla
Le forum qui parlera d'Atangla ~

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Comment vivre après cet instant ?
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Atangla Index du Forum -> RP - Atangla, 20 ans après -> En avant ! -> La Terre des Clarghs -> Shiroyuki
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Amnaysia
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2007
Messages: 1 237
Localisation: Sur la terre des Clarghs
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 狗 Chien
Race: Lauc (Humain)
Autres races: Une mouche orange fluo

MessagePosté le: Mer 22 Nov 2017 - 21:11    Sujet du message: Comment vivre après cet instant ? Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
~ Précédent ~ 




Un silence mortuaire guidait les revenants de la région de Naïcuia. Les Ibras, qui s'en étaient miraculeusement toutes sorties, s'assuraient que leur chef était toujours entre de bonnes mains. Cette dernière restait auprès de Nosmaël et se montrait le plus impassible qu'elle pouvait. Mais au fond de son seul œil valide, brillait une pointe de peur, d'angoisse, mais aussi de chagrin lorsque son regard se posait sur le jeppie de Delf.
Le semi-Vialvis était lové contre Emaylee, qui avait prit les rennes de sa monture, et qui s'assurait qu'il ne chute pas malencontreusement. En l'observant, la Qyka craignait qu'il veuille se jeter sous le régiment afin d'y laisser la vie.
Non loin d'eux, plusieurs Laucs avaient enchaîné le mi-Yalph mi-Vialvis, transpercé aux bras et aux jambes par l'homme-fée. Il se dandinait lentement, de l'avant vers l'arrière, au rythme du jeppie. Il pouvait déjà s'estimer heureux de ne pas avoir été traîné à même le sol, derrière la troupe...

A la frontière de la ville, les gardes les accueillirent en silence, comprenant que quelque chose de grave s'était produit. Les habitants s'approchaient et n'osaient contrarier cette absence de bruit. Certains chuchotaient entre eux, d'autres donnaient des directives discrètes. Petit à petit, les chevaliers posèrent le pied à terre. Emaylee fut aidée pour faire descendre Delf, qu'elle garda contre lui. Shinda donna les premières instructions, d'une faible voix.
Ce fut une personne bien particulière qui rompit le silence.
- Tout le monde.

Le sang de la Qyka ne fit qu'un tour lorsqu'elle reconnut le capitaine qui approchait. Il balançait du regard l'escouade avant de s'approcher de Lunhdeck. Haukar l'avait bien remarqué. Il manquait l'être issu de sa chair...
Il mit un certain temps à prendre la parole.
- En... enfermez le prisonnier au sous-sol de la caserne. Il aura droit à un traitement spécifique. Shinda, ainsi que tous les blessés, direction l'infirmerie. Je voudrais quelqu'un pour me faire un rapport...

Son regard se posa sur Delf-Wido, qu'il observa longuement, dans l'espoir de croiser son regard. De l'interroger sur l'absence de son fils. Pour lui demander s'il le reverrait un jour. Haukar sentit sa gorge se nouer.
- Ashel...
Il balbutia :
- Où est mon fils...?


A peine plus loin, dans la foule, se dessina la silhouette d'une demoiselle vêtue d'une noble tunique brodée d'or. Ses cheveux bouclés et roses la rendaient reconnaissable parmi mille Djorgs. Ses yeux verts étaient posés sur Delf, pleins d'inquiétude, puis sur Nosmaël, et elle sentit son cœur vibrer. Elle essaya de se frayer un chemin, mais une personne la devança. Serfane resta en retrait en reconnaissant la silhouette.
- Ah...
La Djorg tremblait de tout son être. Tout comme la femme, qui venait de poser ses mains sur chaque joue de Delf. Son léger sourire sonnait mal sur son visage, et devenait inefficace face à ses yeux vides de vie. Elle murmura doucement :
- ... Parle-moi... Dis-moi qu'ils ne l'ont pas tué...

Plusieurs personnes dans la foule semblait également attendre la réponse à ce supplice. Haukar avait déjà dirigé son visage vers le sol, perdu. Il secoua doucement la tête. Serfane cacha ses lèvres derrière ses mains, pour ne pas que sa peine attire l'attention générale. Elle n'était pas la principale concernée.
Shinda fit signe aux autres de la suivre à l'infirmerie, afin qu'ils soient tous pris en main. Emaylee restait pour soutenir l'homme-fée.
~_______________________________________~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Tilyane
Séraphin
Séraphin

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juil 2009
Messages: 697
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Race: Ibra (Ombre)
Autres races: Un lézard

MessagePosté le: Mer 22 Nov 2017 - 23:13    Sujet du message: Comment vivre après cet instant ? Répondre en citant

Nosmaël ne pouvait savourer sa victoire sur Lundeck. Déjà parce qu'il n'y était pour rien, c'était l'autre mec précieux qui avait fait le boulot. Le pauvre, ça puait les délires post-traumatiques à plein nez pour lui. Au moins, le brun avait le mérite d'avoir gardé Shinda en vie... Sale journée tout de même.
Les portes de la ville franchies, Nosmaël leva un peu la tête pour regarder autour de lui, il déglutit pour faire passer le petit nœud dans sa gorge. Il n'avait pas l'habitude de ce genre d'ambiance. Des pertes dramatiques au sein de l'organisation de la haine, il y en avait, mais pas comme ça, et puis la concurrence était si forte qu'il ne concevait même pas qu'une population entière puisse passer dans un tel état de deuil pour un individu, encore moins un haut-gradé, c'était horriblement pesant. Il aperçut les parents de Delf qui attendaient, ils avaient dû se faire un sang d'encre, comme toujours... il ne remarqua pas tout de suite Serfane, mais quand leur regard se croisèrent, il oublia de sourire ou de lui faire signe pour lui montrer qu'il était soulagé de la revoir, qu'il avait besoin d'elle. Vraiment, ça lui était sorti de la tête. Il la fixait juste, jusqu'à ce que le chef se mette à parler.

- Tout le monde. En... enfermez le prisonnier au sous-sol de la caserne. Il aura droit à un traitement spécifique. Shinda, ainsi que tous les blessés, direction l'infirmerie. Je voudrais quelqu'un pour me faire un rapport...

Le brun leva la main, puis la ramena à lui lentement, fronçant les sourcils. Haukar ne l'écouterait pas tout de suite, instinctivement, il allait se tourner vers le plus grand ami de son enfant, c'était idiot mais logique à la fois. Nosmaël fit signe aux parents de Delf de ne pas approcher plus. Cela ne plaisait pas à Coban mais, lui au moins, il l'avait encore son fils... Alors par respect pour Haukar et Amnaysia, il n'avança pas.

- Ashel...
- Sauf votre respect capitaine, Wido n'est clairement pas en état de-
- Où est mon fils...?

Nosmaël descendit de son Jeppie, prêt à intervenir, mais voilà que l'Envoyée s'en mêlait.

- ... Parle-moi... Dis-moi qu'ils ne l'ont pas tué...

Face au silence pesant que laissait Delf, le qyka s'avança et posa une main sur l'épaule d'Amnaysia.

~

Delf était comme mort à l'intérieur, vide, cerveau déconnecté. Il tremblait comme une feuille, un peu moins grâce à Emaylee, mais ça restait inquiétant. Pas un mot n'était sorti de sa bouche depuis le drame. C'était pas plus mal, il était bien là, y avait juste cette grosse boule au ventre. Pourquoi déjà?

"Tiens? On est déjà arrivés..? J'ai pas vu le temps passer... Haukar..?"
- Sauf votre respect capitaine, Wido n'est clairement pas en état de-
- Où est mon fils...?

"Son fils... Ash... Il est où Ash? J'en sais rien... j'en sais rien putain!"
- ... Parle-moi... Dis-moi qu'ils ne l'ont pas tué...
"Mais pourquoi ils me parlent à moi? Je sais pas, ils l'ont pas tué mais je ne sais même pas si il est vivant! Il a commencé à se désagréger et après..."

- Laissez-le tranquille, je répondrais à toutes vos questions mais il a besoin de tem-
- Hhh...

Delf venait de revivre toute la scène dans sa tête, ce qu'il avait conclu par un cri étouffé, comme si sa voix était partie avec le prénom du rouquin qu'il avait hurlé après sa disparition. Le semi-vialvis s'était accroché à Emaylee d'une main, cachant son visage de l'autre, ses sanglots étaient forts mais presque silencieux. N'y tenant plus, Coban finit par le récupérer, et Nosmaël pris la parole avec difficulté. Le suspens avait assez duré pour les parents d'Ashel.

- Tout ce qu'on sait, c'est qu'il s'est volatilisé. On ne sait pas si il est mort ou même où il se trouve, il a disparu. Littéralement.
- Et y a pas moyen d'organiser des fouilles au lieu d'rajouter ce ton dramatique?!
- Il a disparu de la surface de la terre! Que voulez-vous fouiller au juste à part le néant?!

L'expression outrée de Coban, Koé, des autres, renvoya à Nosmaël son manque de tact, puis il posa son regard sur Delf qui s'accrochait désespérément à ses parents, lâchant progressivement Emaylee. Et enfin, il affronta le regard d'Amnaysia et Haukar. Un voile de compassion fissura son air habituellement neutre.

- Je suis désolé... Nous n'en saurons pas plus tant que Delf-Wido sera dans cet état... Mais votre fils... il a été brave et a sauvé la situation qui était alors complètement désastreuse.
~_______________________________________~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Amnaysia
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2007
Messages: 1 237
Localisation: Sur la terre des Clarghs
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 狗 Chien
Race: Lauc (Humain)
Autres races: Une mouche orange fluo

MessagePosté le: Jeu 23 Nov 2017 - 01:46    Sujet du message: Comment vivre après cet instant ? Répondre en citant

Amnaysia n'entendait rien, simplement l'écho des voix autour d'elle. La guerrière observait l'air meurtri de l'ami de son fils, impuissante. Ses doigts se crispèrent, elle entendit Nosmaël lui parler, le regarda d'un air perdu. Delf essaya de parler, son attention se reporta sur lui. Mais il fut incapable de prononcer quoi que ce soit. 


Tout ce qu'on sait, c'est qu'il s'est volatilisé. On ne sait pas si il est mort ou même où il se trouve, il a disparu. Littéralement.
Et y a pas moyen d'organiser des fouilles au lieu d'rajouter ce ton dramatique?!
Il a disparu de la surface de la terre! Que voulez-vous fouiller au juste à part le néant?!

L'Envoyée des Clarghs recula d'un pas. En observant l'étreinte que Koé donnait à son fils, elle eut le réflexe d'imiter son geste, mais en resserrant ses bras dans le vide. Sa bouche s'entrouvrit, ses lèvres se mirent à trembler.
Haukar poussa un cri, un véritable hurlement de rage, de colère, de désespoir. Il prit la fuite, telle une bête poursuivie, et quitta la ville en direction des montagnes. Certains gardes essayèrent de l'arrêter, ils abandonnèrent bien vite leur but.
Pendant qu'Emaylee s'éloignait à son tour, Amnaysia continuait de hocher la tête.
Je suis désolé... Nous n'en saurons pas plus tant que Delf-Wido sera dans cet état... Mais votre fils... il a été brave et a sauvé la situation qui était alors complètement désastreuse.
- ... Le néant...

Elle détourna le regard. Pouvait-elle se fier à cet espoir ? La ferait-il espérer dans le vent pendant des semaines, des mois ? Des années ?
La Lauc cacha son visage de ses doigts. Koé la prit dans ses bras, recueillant ses larmes sur son épaule. Amnaysia continuait de penser, le regard plongé dans le vide.

La foule se dispersa petit à petit. Serfane resta là un moment, immobile. Nosmaël n'avait montré aucun signe à son égard... Ce n'était sans doute pas le moment. Ou alors, est-ce qu'il lui en voulait vraiment pour sa trahison ? Peut-être qu'il l'avait aidée juste par politesse, pour la ramener près des autres... Mais ce regard si neutre pour elle ? Elle sentit son coeur se serrer, en plus des ravages de la nouvelle qui venait de tomber.
Ashel était sans doute mort.

Une main la tira hors de ses pensées. Elle tourna la tête pour apercevoir Cihan qui lui faisait signe de partir. La Djorg baissa les yeux vers le sol. Elle regarda une dernière fois le groupe avant de suivre le médecin royal. 


-----


Tous étaient assis dans le salon, chez Haukar et Amnaysia. Cette dernière avait la tête posée contre le mur, isolée de tous, visiblement encore perdue dans son esprit. Ses pleurs avaient cessé, mais Koé lui jetaient des coups d'oeil régulièrement. Elle serrait contre elle Delf, essayant de le détendre sans en trouver les mots. Emaylee guettait, à l'extérieur, s'improvisant le rôle de garde du corps. Elle n'avait pas encore pris le temps d'aller à l'infirmerie, et se temps en temps elle jetait un regard à sa main brûlée par son acte de défense sur le terrain.
L'Envoyée des Clarghs finit par murmurer :
- ... Pour accéder au néant...
Elle se coupa dans sa phrase pour fermer les yeux, et secouer doucement la tête. La Vialvis l'observa avec peine. Elle se rapprocha d'elle pour prendre sa main dans la sienne. Son amie lui serra doucement les doigts. Koé lança un regard à Nosmaël, incapable de prononcer quoi que ce soit. 
- ... Merci pour nous avoir expliqué la situation... On va attendre le retour d'Haukar avec Amnaysia. Tu peux filer si tu veux... Ca va aller, ici on est en sécurité...
~_______________________________________~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Tilyane
Séraphin
Séraphin

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juil 2009
Messages: 697
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Race: Ibra (Ombre)
Autres races: Un lézard

MessagePosté le: Jeu 23 Nov 2017 - 02:29    Sujet du message: Comment vivre après cet instant ? Répondre en citant

Nosmaël se sentait mal à l'aise. Vu la situation, n'importe qui l'était, évidemment, en fait il ne savait pas comment réconforter, ce n'était vraiment pas son truc, surtout après avoir vu le chef criser. Et lui, comment aurait il réagit si son enfant avait disparu brutalement sans explication? Serait-il resté de marbre pour faire bonne impression ? Il n'en avait aucune idée, il n'avait pas de gosse.

- ... Le néant...

Le brun tiqua en se demandant pourquoi Amnaysia était restée sur ce petit bout de phrase qu'il avait rétorqué sans réfléchir, mais ne se creusa pas plus la tête sur le sujet, il y avait plus urgent, même si en vérité, il ne savait pas du tout quoi faire. Il chercha Serfane du regard, mais elle avait disparu.
Comme ça ? Sans passer voir comment il allait, après que leurs regards se soient croisés ? Plus ça allait, et plus il avait l'impression de s'être fait des idées à son sujet. Peut-être qu'elle ne l'aimait pas, qu'elle avait juste été en manque, comme lui, et puis qu'après c'était passé mais qu'elle n'avait pas su lui dire. Et puis son médecin, il avait vraiment une gueule d'ange, ça ne le rassurait pas.

-----

Delf s'était un peu calmé, mais il était encore trop tôt pour qu'il ne parle. Pleurer l'avait épuisé, en plus de cette journée horrible, il commençait à somnoler contre Koé, encore un peu hoquetant.

- ... Pour accéder au néant...
- Vous savez... J'ai juste dis ça comme ça, c'était une façon de parler...

Nosmaël se demandait d'où la blonde tenait une telle fascination pour le néant.

- ... Merci pour nous avoir expliqué la situation... On va attendre le retour d'Haukar avec Amnaysia. Tu peux filer si tu veux... Ca va aller, ici on est en sécurité...
- Bien. Hem... Surtout n'hésitez pas... à me donner des nouvelles sur l'état de...

Il désigna Delf du menton qui commençait sérieusement à dormir, salua sobrement l'assemblée avant de partir. Son besoin de mettre au clair les choses avec Serfane n'avait que trop trainé. En théorie, elle devrait être encore chez son guérisseur, mais sinon, il lui dirait où elle se trouve, alors il s'y rendit de ce pas.

Coban avait passe ces difficiles instants à se mordre l'intérieur de la joue pour garder la tête froide. Ce qui se passait le touchait vraiment, en grand sensible qu'il était resté.

- Si vous voulez je peux aller le chercher...

Comme il y eut un silence, il se sentit obligé de préciser:

- Haukar j'veux dire...

Bizarrement il se sentait encore plus mal à l'aise avec ça.
~_______________________________________~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Amnaysia
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2007
Messages: 1 237
Localisation: Sur la terre des Clarghs
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 狗 Chien
Race: Lauc (Humain)
Autres races: Une mouche orange fluo

MessagePosté le: Jeu 23 Nov 2017 - 20:18    Sujet du message: Comment vivre après cet instant ? Répondre en citant

Le silence se fit après le départ de Nosmaël. Koé resserra son étreinte autour de son fils, lui caressant avec attention les cheveux.
Si vous voulez je peux aller le chercher...
Les deux filles levèrent la tête sans comprendre.
Haukar j'veux dire...
Koé lui fit les yeux doux. Amnaysia semblait encore proie à la réflexion, ce pourquoi la Vialvis se permit de prendre la parole, d'un ton calme.
- Vas-y, mais sois prudent. Haukar doit être dans un état proche de la folie. Je sais que je peux compter sur toi pour trouver les bons mots... Mais s'il ne veut pas revenir, n'insiste pas s'il te plait.

Tenant leur fils tout contre elle, Koé attendit qu'il approche pour lui faire un petit baiser. 
- Je ne bouge pas d'ici...


----


A plusieurs pâtés de maisons plus loin, Serfane se réchauffait les doigts autour de sa tasse de thé. Cihan était assis en face d'elle, une table basse entre eux délimitait une distance raisonnable. Il posa sa propre tisane sur le meuble.
- Alors tu n'es pas allée le retrouver ?
Elle secoua doucement la tête.
- L'Envoyée des Clarghs est arrivé pile à ce moment-là... Je n'ai pas osé m'imposer, je ne fais plus partie de l'équipe. Et puis...
La Djorg laissa sa phrase en suspens, mais ses yeux la trahissait. Et si c'était de sa faute, qu'Ashel avait disparu ? Après tout c'était sous ses indications qu'ils s'étaient rendus à Naïcuia, le jetant dans la gueule du loup. Elle pesta discrètement. Cihan posa une main sur son épaule.
- Ecoute, tu n'as pas à t'en vouloir. Tu n'étais pas là, tu n'y es pour rien. Tu as juste donné les indications pour les aider à arrêter l'Organisation de la Haine. Je le sens, tu n'es pas quelqu'un de mal, tu as juste été égarée.

En entendant toquer à l'entrée, le noble releva la tête.
- Ca doit être pour toi. Je te laisse ouvrir ?
Encore perdue par ces mots, Serfane posa sa tasse et se dirigea vers la porte. Elle l'ouvrit et son coeur manqua un battement.

Elle resta silencieuse un moment, avant de refermer la porte derrière elle, doucement, se laissant attraper par le froid mordant de cette nuit. Et pour mettre fin à ce silence, elle se jeta dans les bras de Nosmaël, resserrant ses mains sur ses épaules. Elle murmura :
- Tu es là...!
Serfane mit du temps à se détacher lentement du Qyka. Elle garda ses mains posées sur le coeur du garçon, en crispant les doigts.
- J'ai voulu m'approcher tout à l'heure, mais...
Elle se remémora le regard du Qyka, et laissa glisser ses mains frêles le long de leur corps.
- ... Je sais pas... je me suis dit que...
" que ma présence n'était sans doute pas désirée, alors pourquoi tu es là, pourquoi je parle de moi alors que tu as vu des atrocités aujourd'hui ?"
- ... Tu veux marcher ? Te poser quelque part ? Aller boire à la taverne comme lorsqu'on était soldats afin d'oublier cette journée ? Qu'on fasse quelque chose ensemble...?

Ses grands yeux verts l'interrogeait avec peine, le suppliant de lui fournir une réponse. Sans s'en rendre compte, elle s'était instinctivement mise sur la pointe des pieds pour rapprocher son visage du sien. Pour espérer avoir une réponse plus vite. Mais oui bien sûr.
~_______________________________________~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Tilyane
Séraphin
Séraphin

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juil 2009
Messages: 697
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Race: Ibra (Ombre)
Autres races: Un lézard

MessagePosté le: Ven 24 Nov 2017 - 00:02    Sujet du message: Comment vivre après cet instant ? Répondre en citant

- Vas-y, mais sois prudent. Haukar doit être dans un état proche de la folie. Je sais que je peux compter sur toi pour trouver les bons mots... Mais s'il ne veut pas revenir, n'insiste pas s'il te plait.

Koé avait toujours su se montrer apaisante dans les situations d'émotions fortes, Coban ne savait pas d'où elle pouvait tenir un calme pareil, mais ça lui avait rendu service bien des fois.

- Hehe... Moi j'sais trouver les bons mots? Y a intérêt remarque, j'ai pas la force de le ramener par la peau duu... ...cou.

L'homme-fée vint cueillir le baiser qui lui donnerait du courage et colla son front contre celui de sa compagne.

- Je ne bouge pas d'ici...
- D'accord... Prends bien soin de lui et d'Amnay aussi, j'reviens vite.

Il se redressa, passa une main dans les cheveux de son fils avant de quitter la pièce. Delf entrouvrit légèrement les yeux, mais Coban était déjà parti. Il leva alors un air interrogateur envers Koé, mais pas que. Il semblait angoissé. Il parvint à murmurer d'une voix cassée:

- ..Il revient bientôt Papa..?


----


Coban ferma sa veste et courut avant de s'élancer dans les airs, les ailes déployées en grand. Il prit de la hauteur pour avoir une bonne vue, il ne lui restait plus qu'à suivre la sortie par laquelle était parti Haukar. Jamais il ne l'avait vu enrager de la sorte. Alors qu'il se hâtait au milieu des nuages lourds et gris, l'espoir de retrouver Ashel l'effleura, mais si il se fiait aux paroles de Nosmaël, c'était impossible. Cependant, il cherchait toujours, au cas où.
Au bout d'une vingtaine de minutes, trempé comme une soupe, il trouva enfin une silhouette en mouvement. Il descendit presque en piqué dans sa direction, un peu trop.

- EEEP!! HAUKAR PUTAIN BOUGE DE LÀ!

L'homme-fée déploya ses ailes in extremis pour freiner sa chute, il parvint tout juste à atterrir à côté du Qyka, en se rappant les genoux. Il se releva en grommelant, les jambes couvertes de boue, puis se tourna vers Haukar. Clairement, Coban ne faisait pas le fier. Le qyka avait vraiment eu l'air d'une bête sauvage, et là, il ne savait pas du tout si il s'était calmé entre temps, alors par précaution, il recula de quelques pas, malgré un petit sourire compatissant.

- D-Désolé je... j'suis venu t'chercher... On.. on va trouver une solution, on va vous aider hein? Amnaysia t'attend, elle a besoin de toi et t'as besoin d'elle hein? On est tous des grands fragiles qui ont besoin de leur nana au fond, c'est pas à moi qu'tu vas le cacher... pas vrai?

----

Nosmaël avait l'impression de ne pas être à sa place, sur ce palier. À tel point qu'il ne réagit pas en voyant Serfane apparaître en face de lui, et qu'il était très surpris de la voir se jeter dans ses bras, surtout après la tête qu'elle venait de tirer en le voyant.

- Tu es là...!
- O..Oui.

Il referma timidement ses bras sur elle.

- J'ai voulu m'approcher tout à l'heure, mais...
- ...Mais?
- ... Je sais pas... je me suis dit que...

Comme elle avait l'air de se perdre dans ses réflexions, il la regarda l'air de lui demander si elle se sentait bien.

- ...Serfane?
- ... Tu veux marcher ? Te poser quelque part ? Aller boire à la taverne comme lorsqu'on était soldats afin d'oublier cette journée ? Qu'on fasse quelque chose ensemble...?

Nosmaël était perturbé. Dans sa tête aussi, ça tournait à toutes vitesse. Pourquoi elle s'était barrée tout à l'heure, et pourquoi elle était aussi surprise de le voir? Elle ne lui disait pas tout, elle avait laissé sa phrase en suspens. En fait, il avait eu l'impression d'avoir interrompu quelque chose, et se mit à éprouver colère, jalousie, envie de nuire, et peut-être bien autre chose parce que Serfane restait toujours aussi canon. Il ne répondit rien à toutes ces questions qu'elle lui posait... pas dans l'immédiat. Alors qu'elle approchait ses lèvres, il continuait de la regarder, il la toisait presque et lui saisit le poignet, sans volonté de lui faire mal mais... elle pouvait sentir à sa poigne qu'il n'était pas dans son assiette.

- Ouais on peut faire quelque chose ensemble...

Il l'embrassa avec force et passion, la plaquant contre la porte. Au bout de quelques secondes, il la libéra enfin.

- Mais j'crois pas que ton sauveur soit d'accord que ça se passe devant chez lui. Vous vous entendez bien non? Ce serait dommage de l'offenser.
~_______________________________________~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Amnaysia
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2007
Messages: 1 237
Localisation: Sur la terre des Clarghs
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 狗 Chien
Race: Lauc (Humain)
Autres races: Une mouche orange fluo

MessagePosté le: Ven 24 Nov 2017 - 02:05    Sujet du message: Comment vivre après cet instant ? Répondre en citant

Koé suivit son mari des yeux lorsqu'il quitta la pièce. La petite voix de son fils lui fit tourner la tête.
... Il revient bientôt Papa..?
Elle caressa ses cheveux et posa un baiser sur son front.
- Il revient vite. Il est parti chercher Haukar. On va rester ici pour la nuit, d'accord ? Allonge-toi sur le canapé...

La Vialvis déplaça quelques coussins pour l'aider à se frayer une place sur le duvet. Elle recouvrit son fils d'une couverture, lui caressa la joue, et alla tenir compagnie à sa grande amie. Cette dernière posa son front sur son épaule, incapable de prononcer le moindre mot. De temps en temps, Koé l'entendait hoqueter le plus discrètement qu'elle le pouvait. Alors elle ne disait rien et lui caressait la tête. Comment aurait-elle réagit si elle s'était retrouvée dans sa... ah, oui, Delf avait disparu pendant un temps... Mais il avait été retrouvé rapidement. Ashel, lui, avait véritablement disparu d'Atangla sous les yeux de son fils. Elle savait qu'il y avait un risque qu'il ne revienne jamais...


------


Haukar s'arrêta de déambuler en entendant la voix lui dire de se pousser. Mais il ne réagit pas pour autant. Il avait très bien reconnu Coban, et il savait qu'il n'avait pas besoin de s'écarter pour qu'il se réceptionne. Bingo.
Ses cheveux rouges étaient plaqués contre sa peau rosée. Ses yeux de rubis fixaient la boue, avant de se tourner lentement vers l'homme fée. 

D-Désolé je... j'suis venu t'chercher... On.. on va trouver une solution, on va vous aider hein? Amnaysia t'attend, elle a besoin de toi et t'as besoin d'elle hein? On est tous des grands fragiles qui ont besoin de leur nana au fond, c'est pas à moi qu'tu vas le cacher... pas vrai?

Le Capitaine Qyka souffla :
- Comment as-tu fais... pour tenir debout lorsque Delf est parti pour le désert ? Lorsque je t'ai caché sa quête... Lorsque j'ai trahi ta confiance...
Ses larmes se mêlaient à la pluie, rendant impossible de les discerner dans la nuit.
- J'aurais tellement voulu... que ce ne soit qu'une mauvaise blague de ta part, de celle de Koé, pour vous venger de la douleur que je vous ai infligé... Le pouvoir de Qyka qui sommeille en moi, la trahison... Je me dis qu'il doit essayer de me faire comprendre qu'il est temps que je paie aujourd'hui pour le mal que j'ai fait...

Il laissa ses bras rejoindre mollement le sol.
- On m'a enlevé mon fils... Ma joie de vivre... Comme on m'a enlevé ma femme, par ma faute, il y a près de trente ans... Est-ce que les Esprits veulent me faire payer aujourd'hui ? Si près de la trêve...?
Haukar s'assit dans la boue, se moquant aujourd'hui de l'image qu'on pouvait avoir de lui. Il n'y pensait plus.


-------


Serfane se crispa en sentant Nosmaël lui attraper le poignet.
Ouais on peut faire quelque chose ensemble...
- Nosmmgh...?!
Elle ferma les yeux sous la surprise, et reprit une bouffée d'air lorsqu'il la relâcha. La Djorg l'observa avec crainte, l'interrogeant silencieusement.
Mais j'crois pas que ton sauveur soit d'accord que ça se passe devant chez lui. Vous vous entendez bien non? Ce serait dommage de l'offenser.
- ... Qu... quoi ? Hein ?
Elle se mit à trembler de tout son être, définitivement terrifiée par ces retrouvailles. Quelque chose s'était brisé dans son regard.

- ... Alors c'est pour ça que tu es venu me retrouver ? Pour me faire croire que... qu'on était proches, afin que je te serve de vide-gland ?!

Serfane planta ton regard dans le sien.
- C'est pour ça ?!
Elle leva sa main pour lui claquer sur la joue, mais elle s'arrêta avant. Ses dents se mirent à claquer, sous l'effet du froid, de la peur qu'il venait de lui faire, et la déception qui naissait en elle. Ses yeux s'embuaient.

Elle baissa la tête.
- Lâche-moi... LÂCHE-MOI !!
Une fois ayant obtenu son souhait, elle lui donna -malencontreusement- une bousculade lorsqu'elle s'éloigna. Elle avait ramené ses mains contre elle, n'étant vêtue que d'une simple tunique, pour lutter contre le froid nocturne. Elle se tourna une dernière fois vers Nosmaël.
- ... Merde, mais pourquoi tu te comportes comme ça avec moi ?! J'étais heureuse de te retrouver, de te savoir sain et sauf, de savoir qu'on pourrait repartir sur une base saine !
Elle balança ses idées de la main.

- Pardon de m'être fait des idées, j'aurais dû y penser que j'imaginais trop loin !

La Djorg se détourna de lui et s'avança dans la ville, essuyant sa déception du revers du bras.
Le médecin choisit ce moment-là pour sortir la tête de l'encadrement de la porte, visiblement surpris par la tournure de la situation. Il lança un regard interrogateur à Nosmaël.

~_______________________________________~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Tilyane
Séraphin
Séraphin

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juil 2009
Messages: 697
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Race: Ibra (Ombre)
Autres races: Un lézard

MessagePosté le: Ven 24 Nov 2017 - 03:31    Sujet du message: Comment vivre après cet instant ? Répondre en citant

Delf avait l'impression que son crâne allait exploser, il fallait vraiment qu'il dorme.

- Il revient vite. Il est parti chercher Haukar. On va rester ici pour la nuit, d'accord ? Allonge-toi sur le canapé...

Le jeune homme se sentit un peu soulagé et se laissa border, avant de se replier un peu sur lui-même. Ashel lui manquait déjà... il se demandait comment il allait bien pouvoir vivre après ça, mais pas longtemps, il s'endormit rapidement.

----

La peur de Coban s'estompa, Haukar semblait plus à plaindre qu'à craindre au final.

- Comment as-tu fais... pour tenir debout lorsque Delf est parti pour le désert ? Lorsque je t'ai caché sa quête... Lorsque j'ai trahi ta confiance...

Question délicate... L'homme-fée n'avait pas vraiment d'amour-propre à entretenir, alors il avait pas mal extériorisé, gueulé tout ce qu'il pensait, Koé l'avait beaucoup calmé, en contrepartie, il avait épongé ses larmes, et il en avait versé aussi. 

- Écoute c'était pas tout à fait la même merde...
- J'aurais tellement voulu... que ce ne soit qu'une mauvaise blague de ta part, de celle de Koé, pour vous venger de la douleur que je vous ai infligé... Le pouvoir de Qyka qui sommeille en moi, la trahison... Je me dis qu'il doit essayer de me faire comprendre qu'il est temps que je paie aujourd'hui pour le mal que j'ai fait...

Coban baissa la tête. C'est vrai que ça aurait été bien, que ce soit une mauvaise blague de sa part. Qu'est-ce qu'il pouvait bien répondre à ça?

- On m'a enlevé mon fils... Ma joie de vivre... Comme on m'a enlevé ma femme, par ma faute, il y a près de trente ans... Est-ce que les Esprits veulent me faire payer aujourd'hui ? Si près de la trêve...?

Ses yeux noirs contemplaient cet homme démoli, tout cassé. Il le voyait bien qu'il pleurait, ça s'entendait. Un silence se fit, mais l'homme-fée ne tenait pas à le laisser durer, c'était trop pesant, et pour Haukar, ça ne devait pas être très agréable non plus. Au point où il en était avec son atterrissage foireux, il se laissa tomber dans la boue lui aussi en soupirant.

- T'sais j'ai jamais vraiment cru aux esprits... tu crois qu'ils feraient payer Amnaysia et Delf pour tes conneries d'avant?

Comme il le disait d'un air sincèrement navré, ça faisait toujours un peu bizarre... Il essuya son visage, mélange de pluie et de boue.

- Je sais pas comment j'ai fais pour pas voir que Delf le bouffait du regard, j'crois que je voulais pas le voir. Mais aujourd'hui je vois comment il y tenait, et mon gamin c'est un bon, il méritait clairement pas de le perdre... Et moi qui commençait à peine à le voir comme mon gendre ha ha...

Sa gorge se noua, qu'est-ce qu'il avait été con quand même. Maintenant il regrettait à fond alors que son ami avait besoin de lui, quelle piètre épaule il faisait... Il releva la tête vers le roux avec des larmes dans le coin des yeux et un petit sourire tremblant.

- Personne ne mérite de perdre Ashel, pas même toi...faut que tu acceptes l'idée que t'y es pour rien... et... et qu'on se soutienne, qu'on avance pour lui... c'est peut-être ce qu'il aurait voulu...

----

Nosmaël ne pensait pas effrayer Serfane à ce point.

- ... Alors c'est pour ça que tu es venu me retrouver ? Pour me faire croire que... qu'on était proches, afin que je te serve de vide-gland ?!
- ...Heh?
- C'est pour ça ?!

L'empêcher de le gifler était tout ce qu'il pouvait faire. Elle lui faisait quoi là? Il était si malvenu que ça? Il la libéra, elle le bouscula, il ne comprenait pas, faut dire qu'il n'avait pas vraiment analysé son propre comportement.

- ... Merde, mais pourquoi tu te comportes comme ça avec moi ?! J'étais heureuse de te retrouver, de te savoir sain et sauf, de savoir qu'on pourrait repartir sur une base saine !
- Quoi mais..?! Tu te fiches de moi pas vrai?
- Pardon de m'être fait des idées, j'aurais dû y penser que j'imaginais trop loin !

Le pire c'est qu'il savait que la relation était malsaine depuis le début, mais il se gardait bien de le mentionner. Comme elle partait, il allait pour la rattraper mais un bruit derrière lui le poussa à tourner la tête. Le médecin qui arrivait comme une fleur, l'air de demander ce qui n'allait pas. Nosmaël lui lança un regard venimeux avant de se lancer à la poursuite de Serfane.

- Woh! Serfane! Qu'est-ce que tu me fais là?! Le médecin il t'as pas transmis mon message ou t'as la mémoire courte?!

Il continuait de la suivre, la voilà qui pleurait, allons bon.

- Et alors ce que tu m'as dis mais... mais c'est l'hôpital qui s'fout de la charité! Rappelle-moi qui m'a sauté dessus pour me baiser en tous points de vue? Oui j'parle de la fois où t'as pas fais UN geste pour m'épargner un séjour à l'ombre! J'ai reçu la visite de Shida en personne, venue de Demeurombre, mais toi t'en avait rien à foutre! T'as même pas fais un seul pas vers moi quand on a remué ciel et terre pour te sauver les miches, tu m'as même pas reconnu, rien! Et maintenant tu me rejette après la journée de merde que j'ai eu, en me faisant passer pour un profiteur?! Putain t'es même pas venue me voir quand j'suis rentré, tu t'es juste... barrée avec ton médecin en m'ignorant royalement!

Il cessa de marcher, il en avait marre, il était à bouts de nerfs, en plus il pleuvait des cordes.

- Et la putain d'obsession que j'ai eu pour toi, c'est pas assez loin à ton goût?!!

Il n'avait plus le coeur à la suivre, il avait besoin de se défouler sur quelque chose, ou quelqu'un, mais pas elle, il lui en avait suffisamment fait baver comme ça. Aller boire quelques verres, provoquer une bagarre, se faire arrêter, retourner en prison... chouette programme, il n'avait qu'à faire ça.
~_______________________________________~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Amnaysia
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2007
Messages: 1 237
Localisation: Sur la terre des Clarghs
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 狗 Chien
Race: Lauc (Humain)
Autres races: Une mouche orange fluo

MessagePosté le: Ven 24 Nov 2017 - 11:39    Sujet du message: Comment vivre après cet instant ? Répondre en citant

T'sais j'ai jamais vraiment cru aux esprits... tu crois qu'ils feraient payer Amnaysia et Delf pour tes conneries d'avant ?
Haukar eut un instant de réflexion face à la question.

Je sais pas comment j'ai fais pour pas voir que Delf le bouffait du regard, j'crois que je voulais pas le voir. Mais aujourd'hui je vois comment il y tenait, et mon gamin c'est un bon, il méritait clairement pas de le perdre... Et moi qui commençait à peine à le voir comme mon gendre ha ha...


Le Capitaine releva la tête vers son ami, un air compatissant se transmit de sa main jusqu'à l'épaule de Coban.
Personne ne mérite de perdre Ashel, pas même toi...faut que tu acceptes l'idée que t'y es pour rien... et... et qu'on se soutienne, qu'on avance pour lui... c'est peut-être ce qu'il aurait voulu...

Haukar rebaissa les yeux.
- ... Je ne serai pas en mesure de faire le deuil de mon fils, tant que je ne sais pas ce qui s'est passé précisément...

Il se redressa et observa la plaine.
- Je me rends à Naïcuia. Demain les derniers indices auront disparu avec ce temps, pour le peu qu'il doit en rester.
Le Qyka reprit sa route, lentement.

------



Et alors ce que tu m'as dis mais... mais c'est l'hôpital qui s'fout de la charité! Rappelle-moi qui m'a sauté dessus pour me baiser en tous points de vue? Oui j'parle de la fois où t'as pas fais UN geste pour m'épargner un séjour à l'ombre! J'ai reçu la visite de Shinda en personne, venue de Demeurombre, mais toi t'en avait rien à foutre! T'as même pas fais un seul pas vers moi quand on a remué ciel et terre pour te sauver les miches, tu m'as même pas reconnu, rien ! 
Et maintenant tu me rejette après la journée de merde que j'ai eu, en me faisant passer pour un profiteur?! 
Putain t'es même pas venue me voir quand j'suis rentré, tu t'es juste... barrée avec ton médecin en m'ignorant royalement!
- Je suis venue !
Et la putain d'obsession que j'ai eu pour toi, c'est pas assez loin à ton goût?!!

Serfane avançait droit devant elle, écoutant les réflexions que Nosmaël lui adressait. Il avait raison... Elle s'arrêta pour se les tourner en boucle dans sa tête, au même moment où lui aussi s'était arrêté de la suivre. La pluie les empêchait de voir à deux mètres. Quel torrent, on aurait dit que Shiroyuki allait finir inondée si ça continuait comme ça ! La Djorg se tourna vers le Qyka :
- J'ai voulu m'approcher de toi mais tu m'as regardé d'une sorte que j'ai pensé que tu ne souhaitais que le contraire ! Et même lorsque je me suis approchée de vous, Amnaysia a-
- Ils ne nous entendront pas arriver avec cette pluie
- avait pris les devants pour... tu viens de parler ?

Elle regarda autour d'eux, se rapprochant de Nosmaël. Cette aura...
- ... Nos...?

Non, ce n'était pas lui. Les sens de la jeune femme étaient aux aguets. Quel dommage de pouvoir à peine entendre sous cette pluie. Des civils se dépêchaient de rentrer chez eux. Serfane leva la tête vers le ciel. Malgré la tension qui régnait sur le moment, cet instant lui donnait un visage magnifique, les gouttes ruisselant sur son visage, ses yeux verts, brillant à nouveau, qui observait les nuages. Ses lèvres aux reflets bleutés, entrouvertes, qui laissaient entendre son souffle grelottant par le froid ambiant.
Elle regarda un instant Nosmaël, et détourna vite son regard, à la recherche du moindre indice suspect. Et par instinct, elle se jeta sur le Qyka la seconde suivante pour le pousser sur le côté.
- Aouh !
Serfane avait plissé les yeux en sentant quelque chose s'enfoncer dans son bras. Elle tourna la tête pour apercevoir des fléchettes.
- Qu'est-ce que...?! ... C'est... ... du poison...?
Sa tête commença à devenir lourde. Elle essaya de garder ses esprits.
- Il faut qu'on se mette à l'abri... Ya un truc pas normal...

Un civil s'était approché d'eux. Et lorsqu'il fut dos à Nosmaël, il sortit une longue barre de bois et le frappa derrière la tête. Serfane n'eut pas le temps de réagir. Elle leva la main vers lui et le regarda rejoindre le sol.
- Nosmaël...
Elle s'assit mollement à côté de lui, tenant sa tête entre ses mains.
- Nos, dis-moi quelque chose, n'importe quoi, insulte-moi, mais parle...!
Sa voix fonctionnait au ralenti. Elle plissa les yeux en essayant d'y voir plus clair, sans grand effet. Deux hommes s'approchèrent d'eux.
- L'attaque a Naïcuia a échoué. Il faut au moins qu'on réussisse cette étape.
- ...Quelle étape ?
- En plus on a attrapé le gros lot, vu que Nosmaël est avec elle.
Serfane ramena le Qyka contre elle.
- ... Personne ne le touche.
Son regard fut plus menaçant.
- Sinon je vous bute, tous les deux.
Elle se prit un pied dans la tronche, en guise de réponse. Elle tomba sur les dalles trempées.
- Avec ce que tu viens de te prendre, tu penses franchement être capable de nous arrêter ?
- Laisse, ce n'est pas lui notre mission principale.
Les deux hommes la regardaient essayer de leur faire face. Elle se remit doucement sur pied, et serra les poings.
- Alors venez... je vous attends... 

Le premier haineux s'approcha en soupirant. Il la saisit par le bras et commença à la traîner, puisqu'elle tenait à peine debout, il n'eut aucune difficulté à l'emmener. Et tandis qu'ils s'éloignaient, le second haineux sortit une dague et se pencha au dessus de Nosmaël.
- NON !
La Djorg se débattit et envoya un coup de coude dans le menton de son agresseur. Elle se jeta sur Nos, se positionnant au dessus de lui tel un lion protégeant son butin. Le haineux pesta et tenta de la poignarder. Serfane se concentra pour transformer la partie de son corps visée en écorce d'arbre, diminuant l'impact sur sa peau. Elle lança un regard au Qyka inconscient. C'était le moment ou jamais, de lui prouver qu'elle était là pour lui !
Serfane se redressa, sur ses bras poussèrent de nombreuses petites branches, à toute vitesse. Elle poussa un cri de rage et se jeta sur le premier haineux. Alors qu'il reculait, elle lui donna un coup de poing, ses branches l'aidèrent à rendre le coup encore plus fort. Le second haineux arriva derrière elle et tenta de lui trancher la jugulaire. Elle poussa un cri étouffé, l'attrapant par dessus son épaule et le projetant sur le sol, aux pieds de son camarade.

Le sang coula le long de sa poitrine, mais mêlé à l'eau, il ne prenait pas le temps de laisser des marques. Elle serra à nouveau les poings.
" Pense à un entrainement, Serfane, pense à la formation de soldats ! "
La Djorg se jeta sur ses deux adversaires.


Le combat lui sembla avoir duré une éternité. Ses gestes avaient retrouvé de plus en plus de motricité au fil des minutes.
A ce moment-là précisément, un haineux était à terre, Serfane couverte de blessures, et le dernier haineux n'était pas dans un meilleur état. Ca allait être le coup de grâce. Chacun était épuisé. La Djorg avait défendu Nosmaël comme sa propre chair, quel dommage qu'il n'ait pu voir ça... Elle se tenait dos à lui, les jambes fléchies, prête à agir face au moindre mouvement de son adversaire, afin qu'il ne touche pas son Qyka.
Elle se concentra, l'un ou l'autre allait frapper le premier.
Serfane s'élança en avant, et elle leva son poing pour frapper son agresseur pour l'achever.
... Et elle s'effondra d'épuisement avant d'avoir donné son coup.


Le vainqueur eut un sourire satisfait. Il s'approcha et lui écrasa le pied sur l'épaule pour la tourner, et qu'elle puisse le regarder.
- Bien joué cocotte. Mais pas suffisant. Pas étonnant que tu ne sois pas allée au bout de ta formation...
Elle pesta en serrant les dents. Son visage n'avait que trop pâli avec ce froid. Le haineux sortit une corde de sa poche, et lui menotta les mains.
- Mais avant de finir ça...
Il se redressa et s'approcha de Nosmaël, couteau à la main. Serfane ouvrit la bouche, mais aucun son n'en sortit. Sa tête retomba dans la flaque formée par la pluie et son sang, et elle ferma les yeux. Elle avait échoué.

~_______________________________________~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Tilyane
Séraphin
Séraphin

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juil 2009
Messages: 697
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Race: Ibra (Ombre)
Autres races: Un lézard

MessagePosté le: Ven 24 Nov 2017 - 15:55    Sujet du message: Comment vivre après cet instant ? Répondre en citant

Coban regardait vaguement la main compatissante d'Haukar puis renifla.

- ... Je ne serai pas en mesure de faire le deuil de mon fils, tant que je ne sais pas ce qui s'est passé précisément...
- C'est vrai, on peut pas laisser tomber maintenant...
Il leva la tête et suivit le regard du qyka.
- Je me rends à Naïcuia. Demain les derniers indices auront disparu avec ce temps, pour le peu qu'il doit en rester.

L'homme-fée se releva, retirant ce qu'il pouvait de son pauvre pantalon et d'essuyer ses mains sur son tee-shirt. 

- J'te suis. Tu veux pas que je t'y dépose? On ira plus vite et comme ça on rentrera ensemble après. Si les filles me voient rentrer tout seul dans cet état elles vont penser qu'on s'est battus.

Après réflexion, peut-être que le poids d'Haukar risquait de le fatiguer, mais bon. Il pouvait bien faire un effort vu le contexte.

------


- ... Nos...?

Le concerné n'avait rien vu venir. Si il y avait bien un moment idéal pour le surprendre, c'était quand il avait perdu son calme. Malgré le froid ambiant, la pluie, son sang était en ébullition, son regard était noir comme le charbon, et il fixait le sol, c'était le truc le moins énervant qu'il avait sous les yeux. Cependant, il commença à comprendre que quelque chose n'allait pas. Les paroles de Serfane ne lui parvenaient pas complètement, du moins n'étaient pas tout à fait cohérentes avec le contexte. Il leva le nez et se fit pousser à ce moment là, suffisamment par surprise pour qu'il ne tombe par terre.

- Ser..?! Mais qu- ...
- Qu'est-ce que...?! ... C'est... ... du poison...?

Nosmaël n'attendit pas avant de lui arracher les fléchettes. 

- Il faut qu'on se mette à l'abri... Ya un truc pas normal...
- C'est pas vrai! Ils ne vont jamais nous foutre la p-

Le noir.

Le jeune homme reprit peu à peu ses esprits, il tremblait comme une feuille, il était trempé aussi, le sol était dur... et cette douleur sourde derrière le crâne... En ouvrant les yeux, sa vue était un peu floue, mais il distingua Serfane, qui faisait face à un homme, un autre était à terre. La djorg allait lui mettre un coup de poing mais s'était effondrée avant. C'était elle qui avait fait tout ça? Après avoir pris une dose de sédatifs dans le sang? Remarque, il les lui avait retirées très vite, l'effet avait dû s'estomper, et Serfane était loin d'être la plus mauvaise recrue du camp.


- Bien joué cocotte. Mais pas suffisant. Pas étonnant que tu ne sois pas allée au bout de ta formation...
"Connard, t'aurais pas fais mieux..."

Le jeune homme ne réagit pas tout de suite quand le type se mit à attacher Serfane. En revanche il s'était emparé des fléchettes restées sur le sol.

- Mais avant de finir ça...

Il ne le laissa pas finir et lui saisit le bras armé d'une main, lui plantant les fléchettes avec rage dans la jugulaire.

- T'aurais dû m'attacher quand tu le pouvais encore espèce d'amateur!

Le haineux poussa un cri de douleur, ce qui laissa le loisir à Nosmaël de lui prendre son couteau. Ce n'était que le temps de l'effet de surprise, les fléchettes ne devaient plus être très efficaces. Le jeune homme en profita pour filer et rejoindre Serfane pour couper ses liens.

- Tu peux te relever? Faut qu'on file d'ici!

Le haineux s'était retourné vers eux. Il avait l'air d'y tenir à son objectif, il leur fonçait dessus. Nosmaël les défendit par réflexe avec son bouclier, mais tout dans son attitude montrait ce qu'il ne voulait pas montrer : Il n'avait pas encore retrouvé tous ses mouvements, ça allait être laborieux de se battre maintenant, heureusement que Serfane l'avait déjà bien amoché. Nosmaël n'avait eut qu'à lui coller une droite pour que le type ne s'écroule à son tour, à sa plus grande surprise. Il contempla quelques secondes le corps inerte en se demandant combien de temps il s'était évanoui, et surtout comment Serfane s'était débrouillée, puis il l'aida à se relever.

- On va se mettre à l'abri, après on ira à la caserne, on y sera en sécurité...
~_______________________________________~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Amnaysia
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2007
Messages: 1 237
Localisation: Sur la terre des Clarghs
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 狗 Chien
Race: Lauc (Humain)
Autres races: Une mouche orange fluo

MessagePosté le: Ven 24 Nov 2017 - 18:11    Sujet du message: Comment vivre après cet instant ? Répondre en citant

J'te suis. Tu veux pas que je t'y dépose? On ira plus vite et comme ça on rentrera ensemble après. Si les filles me voient rentrer tout seul dans cet état elles vont penser qu'on s'est battus.
Haukar hocha la tête.
- Allons-y. Dépose-moi c'est que ça devient compliqué pour toi.

Il s'accrocha à l'homme fée qui décolla, direction la région montagnarde. 


---------




T'aurais dû m'attacher quand tu le pouvais encore espèce d'amateur!
Serfane sombrait dans l'inconscience lorsqu'il ragea sur leur ennemi. Elle sentit qu'il s'approchait d'elle pour défaire ses liens et elle rouvrit les yeux.
Tu peux te relever? Faut qu'on file d'ici!
- ... Hh...

Elle se releva lentement pendant que Nosmaël achevait le haineux. Elle remarqua tout de même la difficulté du Qyka à se déplacer, et elle plissa les yeux. C'était à elle de le protéger maintenant. Elle s'appuya sur un bras encore endoloris par son précédent combat et s'approcha du deuxième guerrier à terre pour lui prendre son couteau à son tour.
On va se mettre à l'abri, après on ira à la caserne, on y sera en sécurité...
- D'accord... !
Elle prit les devants et l'incita à la suivre à travers la ville. Ils déambulèrent à travers derrière les murs un moment, avant de déboucher sur la place du marché, à l'est de la ville. Les installations des stands étaient rangées dans de grands hangars afin de protéger le matériel en cas d'intempéries, sous de grands arches. 

Serfane força l'entrée d'une des réserves, elle attendit que Nosmaël entre pour refermer et se laisser glisser au pied de la porte pour reprendre son souffle. Une fois calmée, elle se redressa, rangea le couteau à sa ceinture.
- Reste au fond pour te reposer, je m'occupe de monter la garde.
La Djorg pressa une main contre sa jugulaire touchée, grimaça en voyant sa main ensanglantée. Elle déchira un morceau de manche de sa tunique et le fit passer dans son cou afin de stopper la plaie. Ses gestes n'étaient pas précis, ses mains tremblaient, ses lèvres étaient bleues. 
Une fois fait, elle se repositionna comme les haineux lui avaient appris. Oui, les haineux. Elle avait adopté sans s'en rendre compte des gestes similaires en combattant à leurs côtés pendant deux mois.

Serfane écoutait la pluie dehors, essayant de percevoir le moindre petit bruit suspect. D'un autre côté, ce rôle qu'elle s'était attribuée lui permettait de ne pas avoir à regarder Nosmaël et fuir sa colère... De temps en temps, ses yeux laissaient glisser un regard vers le sol, et dès qu'elle apercevait les pieds de Nosmaël elle reprenait son poste de garde. 
Afin d'éviter que ses claquements de dents soient trop bruyants, elle soufflait par moment un peu plus fort, comme un soupir, laissant apparaître un nuage de vapeur. 

- J-j-je-je c-c-cr-crois qu'ils sss-ss-sont par-tis...
Elle éternua bruyamment, s'essuya le nez.
- Direction l-la cas-serne alors ?

La Djorg n'avait absolument aucune raison de garder la tête haute, elle ressemblait juste à un zombie ambulant. Mais elle refusait catégoriquement de s'apitoyer sur son sort, surtout après la querelle qu'elle venait de livrer avec le Qyka. Alors elle faisait comme si de rien n'était, même si tout son corps la trahissait. Elle tenta d'ouvrir la porte qu'elle avait verrouillée derrière elle, mais sans effet.
- ... J-j'ai les doigts t-trop froids, tu p-peux m'aider-der ?
~_______________________________________~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Tilyane
Séraphin
Séraphin

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juil 2009
Messages: 697
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Race: Ibra (Ombre)
Autres races: Un lézard

MessagePosté le: Ven 24 Nov 2017 - 20:50    Sujet du message: Comment vivre après cet instant ? Répondre en citant

Nosmaël suivit Serfane sans rien dire, il avait encore la tête dans les vapes.

- Reste au fond pour te reposer, je m'occupe de monter la garde.

Le jeune homme ne répondit rien mais il obéit sans broncher. Cette situation était bizarre, presque risible. Il était là, à la regarder comme une héroïne, et en même temps, elle était affaiblie, et tous deux s'évitaient. Elle l'avait défendu, c'était évident, sinon il ne serait pas au fond de ce hangar à se poser plein de questions. Sa colère était retombée sous le choc, mais leur dispute le travaillait quand même... Elle le tira de ses pensées.

- J-j-je-je c-c-cr-crois qu'ils sss-ss-sont par-tis...Direction l-la cas-serne alors ?

Nosmaël se leva, il s'était assez reposé.

- Ouais on y va.
- ... J-j'ai les doigts t-trop froids, tu p-peux m'aider-der ?

Il poussa un soupir et lui jeta sa veste sur l'épaule, encore. Elle était humide mais chaude, ça l'aiderait peut-être à tenir. Maintenant c'était lui qui se les pelait, en même temps, le marcel par un temps pareil, c'était pas top. Il ouvrit la porte du hangar et lui fit signe de se dépêcher. Une fois à l'entrée de la caserne, Nosmaël expliqua qu'ils avaient été attaqués par deux haineux encore en liberté. Vu leur état, ils furent conduits à l'infirmerie avec des couvertures, en attendant des vêtements secs et des soins appropriés.

- Je tuerais pour un café...

Vu la tête du garde qui les prenait en charge, il se rappela qu'il n'était pas tout à fait libre, et que ce genre d'expression de sa bouche, ça passait pas trop. Il soupira d'exaspération et embraya sur un autre sujet.

- Au fait j'ai pas compris Serfane... Ils ont essayé de t'enlever? Non parce que si c'est ça, ça ressemble à du Lundeck tout craché...

Nouveau soupir, il regardait ses pompes. Si seulement il avait été une fille ou juste un gars fragile qui a la réputation de chouiner tout le temps, il ne serait pas obligé de se forcer à rester stoïque actuellement.

- J'suis désolé de t'entraîner là-dedans. On devrait s'arrêter là, j'arrive mieux à taper sur des gens qu'à gérer une relation.
~_______________________________________~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Amnaysia
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2007
Messages: 1 237
Localisation: Sur la terre des Clarghs
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 狗 Chien
Race: Lauc (Humain)
Autres races: Une mouche orange fluo

MessagePosté le: Ven 24 Nov 2017 - 21:11    Sujet du message: Comment vivre après cet instant ? Répondre en citant

- Je tuerais pour un café...
- Toi aussi...
Observant la tête du garde, Serfane demanda plus poliment si c'était possible de rapporter des boissons chaudes. Le soldat fit signe à une infirmière de répondre à leur demande. La Djorg, emmitouflée dans sa couverture, retourna s'asseoir non loin de Nosmaël.
Au fait j'ai pas compris Serfane... Ils ont essayé de t'enlever?
- De ce que j'ai cru comprendre, oui...
Non parce que si c'est ça, ça ressemble à du Lundeck tout craché...
Elle leva les yeux.
- Je ne sais pas pourquoi, par contre. Je pense pas être un moyen de pression efficace. Je comprends pas leur utilité. Tu as une idée ?

Plus elle parlait, plus elle réfléchissait à ses propres mots. Elle repensa à tout ce qui s'était passé, ces derniers jours. Nosmaël. Son intervention à Sol Haï Ruan, ses mots pour lui demander de rester à ses côtés... Leur querelle parce qu'elle s'était montrée égoïste. Il fallait qu'elle s'excuse, qu'elle mette les choses au clair avec le Qyka, tout était trop flou. Motivée par l'envie de s'excuser auprès de lui, de lui dire clairement ce qu'elle ressentait pour lui, elle inspira un coup.
- Ecoute Nosmaël, je suis désolée pour...
J'suis désolé de t'entraîner là-dedans. On devrait s'arrêter là, j'arrive mieux à taper sur des gens qu'à gérer une relation.

Serfane s'arrêta net. Son visage était tourné vers lui, mais elle était incapable de le regarder. Au bout de plusieurs secondes qui lui parurent interminables, elle baissa doucement la tête.
- ... Oui. Excuse-moi.

Elle resta immobile, comme si elle s'était changée en pierre au cours d'un instant. Ses yeux fixaient le sol, faisant un effort considérable pour ne faire tomber aucune larme. Dans un soupir ressemblant plutôt à un souffle coupé, elle alla se poser près de la fenêtre, dos à la pièce, front contre le mur.
L'infirmier fit son interruption.
- Nosmaël, nous allons au bloc pour vous soigner le premier, veuillez me suivre s'il vous plait.
~_______________________________________~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Tilyane
Séraphin
Séraphin

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juil 2009
Messages: 697
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Race: Ibra (Ombre)
Autres races: Un lézard

MessagePosté le: Ven 24 Nov 2017 - 21:27    Sujet du message: Comment vivre après cet instant ? Répondre en citant

Nosmaël prit son café, l'air de réfléchir. Ça lui faisait un bien fou.

- Je ne sais pas pourquoi, par contre. Je pense pas être un moyen de pression efficace. Je comprends pas leur utilité. Tu as une idée ?
- ...peut-être bien.

Silence. C'était le moment où il prenait une décision douloureuse... Il n'avait pas voulu l'admettre, mais là, aujourd'hui, c'était allé trop loin. Il avait fini par énoncer son idée à voix haute, et... elle s'excusait, avant de lui tourner le dos. C'était donc sur un commun accord... tant mieux, mais ça avait quelque chose chose de décevant, et de bien plus amer que le café. Sa gorge se noua.

- Non mais c'est...
- Nosmaël, nous allons au bloc pour vous soigner le premier, veuillez me suivre s'il vous plait.

Il laissa tomber. Ca devait bien faire la dixième fois qu'il se disait qu'il lui avait suffisamment ruiné la vie. Alors il renonça à continuer, vida sa tasse et se leva pour suivre l'infirmier.

- À plus tard.
~_______________________________________~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Amnaysia
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2007
Messages: 1 237
Localisation: Sur la terre des Clarghs
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 狗 Chien
Race: Lauc (Humain)
Autres races: Une mouche orange fluo

MessagePosté le: Ven 24 Nov 2017 - 23:22    Sujet du message: Comment vivre après cet instant ? Répondre en citant

Serfane ne répondit pas à ses salutations. Elle sanglotait contre le mur alors qu'il s'éloignait. C'était comme ça que cela devait se finir, alors. Elle qui avait espéré montrer qu'elle tenait à lui, quitte à devoir y laisser sa vie... Voilà finalement comment cela terminait. Elle pressa une main contre sa bouche pour retenir des pleurs qui alerteraient les autres.

L'infirmier installa Nosmaël sur un fauteuil avec un creux au niveau de la tête. Il inspecta son crâne et grimaça.
- On ne vous a pas loupé... une chance qu'ils n'aient pas insisté en vous frappant plus que ça. Je vous avoue que je doute que vous vous en seriez sorti s'ils vous avaient amoché plus que ça... 
Il pressa une compresse sur la plaie, nettoya les cheveux autour. Il lui encercla le crâne d'un bandage et ausculta le reste de son corps, nettoyant de potentielles plaies.
- Voilà. Gardez ça sur la tête jusqu'à demain soir au plus tard, et revenez ici afin qu'on puisse revérifier l'état de la plaie. C'est tout bon !

Il guida Nosmaël jusqu'à la salle où lui et Serfane avaient été amenés. La Djorg avait été prise en charge par un autre infirmier, le temps que le Qyka était en soins. Elle mit plusieurs minutes à sortir, préférant éviter de s'arrêter par cette même salle. Ses bras étaient bandés, un pansement décorait sa joue gauche, elle avait également un bandage pour couronner son crâne. 
Une fois devant l'infirmerie, elle observa la cour intérieure de la caserne, pleine de souvenirs à ces yeux. Elle se remémora le combat entre Ashel et Ekhain, les entraînements poursuivis avec Haukar, les échanges entre elle et Nosmaël... Devant tous ces souvenirs qui dansaient devant ces yeux, Serfane n'exprimait plus rien. Elle observait la place d'un regard vide de vie. Ses lèvres, qui avaient repris une teinte rosées, ne tremblaient plus.
Elle prit une décision.
Serfane descendit l'escalier qui la séparait de la place, silencieusement. La pluie, même si toujours présente, s'était adoucie, et agissait pour elle comme une caresse sur son visage.

La Djorg se plaça devant l'entrée de la ville. Il faisait encore sombre dehors, la nuit était bien avancée et il n'était toujours pas possible de voir à plus d'une vingtaine de mètres devant soi. La demoiselle souffla, et elle se dirigea à l'écurie.
De là, elle décrocha un jeppie, lui caressant le crâne avec une pointe de tristesse dans les yeux. Serfane souffla, et termina de décrocher les rennes de la bête. 


De nombreux cavaliers lui faisaient face, à deux kilomètres de l'entrée de la ville. Ils tenaient des torches protégées sous verre afin de les préserver de la pluie. L'un prit la parole.
- Tu as pu avoir des informations sur l'attaque de Naïcuia ?
La Djorg les regarda longuement. Elle repensa à tous ces souvenirs, à Nosmaël, Ashel, Delf. Elle avait déjà été capable de faire croire qu'elle détenait de grandes informations afin de faire avouer un traître... 
- Oui, j'ai les informations essentielles.
... Et elle était capable de recommencer, pour les protéger.
- Mais il va falloir m'attraper pour les avoir !

Elle leur fonça dessus, passant au travers de leur barrière humaine, et fonça droit dans la plaine, sans savoir vers quelle direction elle se dirigeait.
~_______________________________________~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:18    Sujet du message: Comment vivre après cet instant ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Atangla Index du Forum -> RP - Atangla, 20 ans après -> En avant ! -> La Terre des Clarghs -> Shiroyuki Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com